Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Braz, Lever d'aube

Lever d'aube Drapée en sa cape de veuve, S'efface à pas discrets la nuit Voici poindre la clarté neuve De l'aube qui s'épanouit. Elle promène sur les choses Son beau regard silencieux Et la mer se jonche de roses Sous la caresse de ses yeux. Pour son...

Lire la suite

Le Braz, Messe Noire

Messe noire A Pauline Ménou Dans la nuit noire, recourbée en nef d'église, S'inscrivent, par instants, des pâleurs de vitraux Qu'une clarté de lune intermittente irise : Un vent religieux frissonne sur les eaux. Au large de l'Ar-Men solitaire, agonise...

Lire la suite

Hugo, l'enfant

L'enfant Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil. Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil, Chio, qu'ombrageaient les charmilles, Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois, Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois Un...

Lire la suite

Petit article rapide

Hier, il y avait des élections en France. Levée six heures pour être prête pour l'ouverture du bureau de vote à huit heures (j'étais assesseur) et couchée à onze heures (du soir cette fois-ci) après l'annonce des résultats. Toujours un peu folklorique,...

Lire la suite

Nerval, une amoureuse flamme

Une amoureuse flamme Une amoureuse flamme Consume mes beaux jours ; Ah ! la paix de mon âme A donc fui pour toujours ! Son départ, son absence Sont pour moi le cercueil ; Et loin de sa présence Tout me paraît en deuil. Alors, ma pauvre tête Se dérange...

Lire la suite

Séville 2

Elle avait bien aimé marcher dans les rues. Entendre les conversations des autres passants en espagnol. Ne pas les écouter - la vie de personnes inconnues ne l'intéressait pas particulièrement - mais simplement entendre. Comprendre. Ne plus traduire mentalement...

Lire la suite

Joies de l'Internet

Mon ordinateur, hier, a décidé qu'il ne se connecterait plus. Ou plutôt, il n'y a pas là volonté délibérée de sa part. Du moins je crois, sinon cela signifierait qu'il aurait une conscience de ses actes, ce qui me pertuberait beaucoup. D'ailleurs, peut-il...

Lire la suite

Séville 1

Séville 1

Elle s'était retrouvée près du hublot. Elle avait docilement attaché sa ceinture, prêté attention au type au bout de l'allée qui mimait les gestes à faire en cas d'accident, en sachant parfaitement qu'elle ne s'en souviendrait pas si accident il devait...

Lire la suite

Forcadel, de la vraie sagesse

De la vraie sagesse Connais toi même, dit Phébus. Du ciel descendit ce précepte ; Pour guérir folie et abus, Lui, médecin, fit la recette ; Mais n'est pas seule ; j'en excepte, Et soutiens que d'avoir hanté Les gens, sondant leur volonté, Ne sert pas...

Lire la suite

Hugo, vieille chanson du jeune temps

Vieille chanson du jeune temps Je ne songeais pas à Rose ; Rose au bois vint avec moi ; Nous parlions de quelque chose, Mais je ne sais plus de quoi. J'étais froid comme les marbres ; Je marchais à pas distraits ; Je parlais des fleurs, des arbres Son...

Lire la suite